Bonjour mes amies et bon week  enD de pentecôte

Vous savier, pendant 10 années, j'allais me reposer sur un banc, dans un joli petit square, nommé François Sicard, en centre ville. Un homme et son chien, toujours venaient. Nous bavardions , nous nous confions. Puis un jour, le petit chien est mort. J'ai revu l'homme une fois, il était triste comme un saule. Il m'a dit "- Au mois prochain, madame!!" Alors, j'y suis allée....le square était vide, je ne le vis plus  jamais, mon coeur a tant de peine, qu'aujourd'hui je lui dédie ce poème

***

Les larmes du square

♥♥♥

 

Le petit square pleure

Il est vide de bonheur

Mes amis n’y viennent plus

Mais la vie continue

 ♥

Ils ont soudain disparu

Sans un regret, sans un mot dû

Mes rêves alors deviennent noirs

Car Ils ont tué mon bel espoir

 ♥

Je ne les reverrai jamais

Ni le coton, ni son bon maître

Ils ont ruiné mes beaux souhaits

Ils m’ont plongée dans le mal-être

 ♥

Que représentai-je pour eux

Puisqu’ils ont fui mes sentiments ?

Mon cœur est si malheureux !

Je reste seule sur un banc

♥ 

François Sicard  s’impatiente

Les allées sont mécontentes

Le petit square a pris le deuil

La marguerite plus ne s’effeuille

♥ 

Je ne les verrai jamais plus

Marchant droit au coin de la rue

Ils m’ont évincée maladroitement

L’un en mourant, l’autre en fuyant

 ♥

Le temps efface les beaux souvenirs

Nos relations n’avaient d’avenir

Dans un silence hurlant déstresse

À ces deux anges je me confesse

 ♥

Il pleut des larmes dans le jardin

Il en pleuvra encore demain

Les arbres sont tristes comme la pluie

Ils m’ont menti… ils sont partis…

 ♥

Dans le jardin du désespoir

Les roses pleurent jusqu’au soir

 Les bancs de bois ont le cafard

Comme il est triste mon petit square !

♥ 

Mon cœur qui  tant les a aimés

Pourquoi soudain l’ont-ils blessé ?

Ils m’ont laissée sur le pavé

Avec ma peine bien accrochée

 ♥

Dans l’arbousier centenaire

Dépouillé par les années

Un oiseau bleu y chante clair

Mais les fleurs… sentent le mouiller.

 ♥

La cathédrale sonne le glas

Ce chant me hante à chaque pas

Le petit chien est mort…

Et aujourd’hui… je pleure encore

 

Michèle